Pneumologie et aptitude au pilotage

Principes de bases

Il ne doit normalement exister aucune affection des poumons, de la plèvre ou du médiastinUn examen radiographique devrait normalement être pratiqué à chaque visite d’aptitude (rarement effectué en pratique)Les syndromes d’insuffisance respiratoire sont acceptables si les explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) sont satisfaisantes

Cas Particuliers :

Asthme :

A l’admission : compte tenu des incertitudes évolutives , l’asthme doit normalement entraîner une decision d’inaptitude

En cours de carrière : les asthmes allergiques , saisonniers , avec crises peu fréquentes peuvent rester compatibles avec le vol

Tout traitement à base de théophylline, de corticoide ou de sympathomimétique administré per os est interdit (risque sur le système nerveux et/ou cardiovasculaire)Les traitements en spray de type salbutamol, terbutaline …   sont autorisés

Par contre les corticoides en spray sont interdits.Le cromoglycate de sodium est dépourvu de tout effet secondaire et est autoriséla désensibilisation spécifique, pour les asthme allergiques, est autorisée en respectant un intervalle libre de 48 h (risque d’accident allergique)

L’emphysème:

L’emphysème est la conséquence de la destruction du tissu pulmonaire, avec apparition d’une distension pulmonaire et d’un syndrome obstructif

Le tabagisme en est la cause majeure

Des épreuves fonctionnelles respiratoires seront obligatoirement réalisées, mais un emphysème évolué est clairement une cause d’inaptitude

La tuberculose :

A l’admission : si une tuberculose antérieure a été bien traitée = apte

En cours de carrière : Inaptitude temporaire de 3 mois environ . Puis aptitude ultérieure sous réserve que :

  • Le traitement est bien toléré: les lésions radiologiques régressent
  • pas d’exérèse chirurgicale

Le Pneumothorax :

un antécédent de pneumothorax est un motif très sérieux d’inaptitude en raison de l’incapacité en vol que cela peut provoquer : douleur et gêne respiratoire +++

A l’admission : sauf pneumothorax très ancien et sans récidive , c’est un motif d’inaptitude évident

En cours de carrière :un pneumothorax entraîne une décision d’inaptitude d’au moins 6 mois, puis nécessité de demander une dérogation pour reprendre les vols

la reprise  rapide ne pourra être accordée que sous réserve d’une bonne tolérance à l’épreuve du caisson à dépression

Si une récidive survient après intervention chirurgicale , l’inaptitude définitive est de règle.

Si une récidive survient du coté opposé , l’aptitude ne peut être obtenue qu’après intervention chirurgicale et test au caisson à dépression.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*